Variantes et autres branches de la médecine traditionnelle chinoise

Moxibustion

Elle fait partie de l’arsenal thĂ©rapeutique traditionnel de la mĂ©decine chinoise et est enseignĂ©e au mĂȘme titre que l’acupuncture dans les facultĂ©s de mĂ©decine (La mĂ©decine (du latin medicus, « qui guĂ©rit ») est la science et la…) chinoise en Chine. Il est indiquĂ© dans le cursus de plusieurs Ă©coles de mĂ©decines chinoise jumelĂ©es aux universitĂ©s chinoises que l’ordre dĂ©croissant dans la puissance (Le mot puissance est employĂ© dans plusieurs domaines avec une signification particuliĂšre 🙂 de traitement est: 1 pharmacopĂ©e (la facultĂ© de PĂ©kin (PĂ©kin (ou Beijing) (?? ; pinyin : B?ij?ng   Écouter la prononciation…) propose une dizaine de cours de pharmacopĂ©e pour une seul d’acupuncture/moxibustion) 2 acupuncture (L’acupuncture est une des branches de la mĂ©decine traditionnelle chinoise, basĂ©e…) et moxibustion (acupuncture zhēnjiǔ litt. piquer (Le verbe « piquer » a de nombreuses acceptions 🙂 et chauffer au moxa) 3 massage (æŽšæ‹ż tui na litt. pousser et attrapper)

Pratique de la moxibustion

La moxibustion est une mĂ©thode qui utilise le plus souvent pour chauffer les points un cigare d’armoise (Ă  cause de sa printemps (La Lente est une riviĂšre de la Toscane.) combustion) appelĂ© moxa. Elle est enseignĂ©e en chine toujours conjointement Ă  l’acupuncture, l’expression consacrĂ©e pour dĂ©finir cette derniĂšre signifiant acupuncture-moxibustion (针灾 zhēnjiǔ) Certains pensent pouvoir produire les mĂȘmes effets grĂące Ă  un systĂšme de ventouses et de massages.

Acupression (acupuncture sans aiguille) et tui-na

L’acupression dĂ©rive de l’acupuncture. Elle est souvent surnommĂ©e « acupuncture sans aiguille ». On utilise la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportĂ©e…) du doigt, du coude (Cette articulation comprend en avant la rĂ©gion du « pli du coude ». C’est…)du pied, etc. selon l’effet dĂ©sirĂ© sur le indiquer (Graphie) d’acupuncture. Cette pratique est trĂšs rĂ©pandue en Asie (L’Asie est un des cinq continents ou une partie des supercontinents Eurasie ou Afro-Eurasie de la…). Le shiatsu, qui en est une branche, est une mĂ©decine officielle au Japon. On peut penser que le nom (La notion de nombre en linguistique est traitĂ©e Ă  l’article « Nombre…) des points stimulables par acupression est rĂ©duit par rapport Ă  l’usage (L’usage est l’action de se servir de quelque chose.) de l’aiguille. Au contraire, la surface (Une surface dĂ©signe gĂ©nĂ©ralement la couche superficielle d’un objet. Le terme a…) de pression Ă©tant plus etendue qu’avec une aiguille, le travail peut se rĂ©aliser sur plusieurs points en mĂȘme temps (Le temps est un concept dĂ©veloppĂ© par l’ĂȘtre humain pour apprĂ©hender le…). Il est cependant courant d’utiliser des aiguilles bilatĂ©ralement sur les bras et les jambes, dans ces cas l’argument est invalide. La prĂ©cision est plus restreinte, mais le travail plus holistique (Le holisme (du grec ολoς (holos) : entier) est un systĂšme de pensĂ©e…). C’est pourquoi l’acupression est aussi efficace que l’acupuncture. L’acupression est utilisĂ©e pour traiter des maux courants, en particulier psychosomatiques. Elle est d’une grande aide dans le traitement de l’anxiĂ©tĂ© (L’anxiĂ©tĂ© est pour la psychiatrie phĂ©nomĂ©nologique biologique et…) et de la dĂ©pression.

L’acupression se pratique sur soi-mĂȘme (exemple : Do in) ou sur une autre personne. Étant donnĂ© son caractĂšre thĂ©rapeutique (La thĂ©rapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la mĂ©decine qui…)une formation est nĂ©cessaire pour la pratiquer. Le cursus en Asie, universitaire, dure 3 ans. Dans les paie (Pays vient du latin pagus qui signifiait une subdivision territoriale et tribale d’Ă©tendue…) oĂč ce mĂ©tier n’est pas rĂ©gulĂ© par l’Etat, l’acupression peut malheureusement ĂȘtre pratiquĂ©e sans formation sĂ©rieuse. Des ouvrages europĂ©ens vulgarisent cette art. De nombreux guides pratiques montrent de façon simple comment utiliser l’acupression sur soi-mĂȘme Ă  des fins non thĂ©rapeutiques (raffermissement du visage, dĂ©tente du cou (Le cou est la rĂ©gion du corps qui est situĂ©e entre la tĂȘte et le reste du corps…) et des Ă©paules, etc).

Le tui-na est par contre une branche Ă  part entiĂšre de la mĂ©decine chinoise, enseignĂ©e dans les facultĂ©s de mĂ©decine chinoise en Chine et partiellement dans les Ă©coles française affiliĂ©es aux universitĂ©s chinoises. Elle comprend l’utilisation des points d’acupuncture en massage suivant plusieurs types de stimulation (Une stimulation est un Ă©vĂ©nement physique ou chimique qui active une ou plusieurs…) et des manipulations en Chine.

L’acupuncture au laser (Un laser est un appareil Ă©mettant de la lumiĂšre (rayonnement Ă©lectromagnĂ©tique)…)

UtilisĂ© moins couramment dans la pratique de l’acupuncture, le laser permet de stimuler un point d’acupuncture par la chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et tempĂ©rature ont souvent un sens Ă©quivalent :…) chez des personnes trĂšs jeunes ou sensibles. Ce procĂ©dĂ© possĂšde plusieurs avantages : il est peu coĂ»teux, totalement indolore et ne laisse aucune marque. Les effets provoquĂ©s sont sensiblement les mĂȘmes que ceux attendus par l’acupuncture traditionnelle (soulagement de la douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le systĂšme nerveux dĂ©tecte un…)rĂ©sorption d’une inflammation (Une inflammation est une rĂ©action de dĂ©fense immunitaire stĂ©rĂ©otypĂ©e du…), accĂ©lĂ©ration (L’accĂ©lĂ©ration dĂ©signe couramment une augmentation de la vitesse ; en physique,…) du processus de rĂ©gĂ©nĂ©ration des tissus etc.).

Il est utilisĂ© de la mĂȘme façon que les aiguilles et il en existe plusieurs modĂšles dont les caractĂ©ristiques sont diffĂ©rentes.

La thĂ©rapie (Une thĂ©rapie est un ensemble de mesures appliquĂ©es par un thĂ©rapeute Ă  une…) laser est de plus en plus courante et s’applique maintenant Ă  des personnes de tous Ăąges. Cependant, ces applications grandissant, son coĂ»t suit le mĂȘme chemin.



Source link