Téléchargez l’un de nos 3 guides gratuits:

– Gestion des pics de stress
– Réduction des crises d’angoisse
– Soulagement de la charge mentale

bannière guide gratuits

Alors que l’Alberta marque la fin de l’exercice financier le plus meurtrier pour les enfants recevant des soins du gouvernement, le ministère des Services à l’enfance promet des mesures, notamment l’amélioration des services de santé mentale et un examen des contrats qu’il a conclus avec des organismes externes qui s’occupent des interventions auprès des enfants.



La ministre des Services à l'enfance, Rebecca Schulz, prend la parole lors d'une conférence de presse à l'édifice fédéral d'Edmonton le 21 avril 2020.


© Fourni par Edmonton Journal
La ministre des Services à l’enfance, Rebecca Schulz, prend la parole lors d’une conférence de presse à l’édifice fédéral d’Edmonton le 21 avril 2020.

Un rapport publié jeudi par la ministre des Services à l’enfance, Rebecca Schulz, a examiné 36 décès entre le 1er avril 2021 et le 31 décembre 2021 d’enfants et de jeunes pris en charge par le gouvernement, tels que des familles d’accueil ou des foyers de groupe, et ceux qui reçoivent du soutien à mesure qu’ils vieillissent. hors du système.

Il a révélé que l’impact de COVID-19, y compris l’isolement social et les problèmes connexes comme l’insécurité alimentaire, la toxicomanie et les problèmes de logement, avait un impact significatif sur ces jeunes Albertains vulnérables.

«Nous savons que cela a été une période difficile, en particulier pour les familles vulnérables. Nous savons également que nous devons travailler avec le ministère de la Santé mentale et des Dépendances ainsi qu’avec nos partenaires communautaires pour nous assurer qu’il existe des soutiens en place pour ceux qui en ont besoin », a déclaré Schulz à Postmedia jeudi.

« C’est définitivement l’un de nos objectifs. Nous allons nous assurer que nous soutenons ces jeunes autant que possible pendant cette reprise. »

Parmi les six nouvelles mesures d’action promises dans le rapport, le gouvernement indique qu’il examinera les contrats d’intervention auprès des enfants afin que les organisations communautaires sous contrat « se concentrent sur l’aide à apporter à une famille pour résoudre les problèmes de sécurité identifiés par le ministère, en plus de se concentrer sur les points forts des parents ». et bien-être.

À l’heure actuelle, de nombreux organismes dans la province travaillent au nom du ministère.

Schulz a déclaré que parfois ces agences se concentrent sur le bien-être des parents mais veulent laisser les interventions sur les enfants au gouvernement.

«Lorsqu’un organisme communautaire a la responsabilité de soutenir cette famille, il doit toujours se concentrer sur les risques ou les problèmes de sécurité qui pourraient être identifiés. Ils doivent toujours s’assurer qu’un enfant est en sécurité », a déclaré Schulz.

Le gouvernement promet également des changements au modèle de prise en charge par la parenté – lorsque des membres de la famille élargie ou des amis accueillent un enfant dans le besoin.

Après avoir été évalués pour le placement initial, les foyers familiaux seront désormais évalués une deuxième fois en cinq jours pour s’assurer qu’ils conviennent à l’enfant.

Vidéo : La crise de la drogue en Alberta se poursuit avec 160 décès en janvier 2022 (Global News)

La crise de la drogue en Alberta se poursuit avec 160 décès en janvier 2022

SUIVANT

SUIVANT

Le gouvernement promet également un nouveau modèle de supervision des cas avec encadrement et mentorat pour les travailleurs sociaux et un nouveau système d’identification précoce des nourrissons et des jeunes qui ont besoin d’une attention particulière.

Schulz n’a pas fourni de calendrier précis pour la fin des nouvelles actions, mais a déclaré que son ministère commençait « tout de suite ».

Un total record de 45 jeunes Albertains sont décédés entre le 1er avril 2021 et le 28 février 2022, une forte augmentation par rapport aux 34 décédés l’année précédente.

La crise des opioïdes est un contributeur

Un autre million de dollars est fourni aux réseaux de ressources familiales pour accroître l’accès aux soutiens en santé mentale, tandis que le gouvernement promet également de continuer à travailler avec les services de santé de l’Alberta «pour s’assurer que les services de santé mentale et de lutte contre les dépendances sont disponibles».

Le rapport note que, par rapport à la population générale de l’Alberta de 18 à 23 ans, les jeunes adultes recevant des services qui sont décédés au cours de la période de 10 ans commençant en 2012-2013 étaient 57 fois plus susceptibles de se rendre au service des urgences pour toxicomanie. -troubles liés, 45 fois plus susceptibles d’être admis à l’hôpital pour des troubles liés à la toxicomanie , et 20 fois plus susceptibles de consulter un médecin pour des troubles liés à la dépendance.

Les jeunes adultes âgés de 18 à 23 ans recevant des services ne représentent que 0,6 % de ce groupe d’âge global, mais ils représentent environ 10 % des décès dus aux opioïdes dans ce groupe d’âge entre 2017 et 2021.

« Les tendances des 10 dernières années suggèrent que nous avions besoin d’un placement plus spécialisé, en particulier pour les jeunes ayant des besoins complexes », indique le rapport.

Plus tôt cette année, Le défenseur des enfants et des jeunes de l’Alberta a soulevé des préoccupations sur ce qu’il considère comme une réponse inadéquate du gouvernement aux recommandations, y compris une recommandation de 2018 pour une stratégie spécifique aux jeunes pour faire face à la crise des opioïdes.

Dans un e-mail, Eric Engler, attaché de presse pour le ministre associé de la santé mentale et des dépendances, Mike Ellis, a déclaré que les responsables « travaillaient dans tous les ministères pour améliorer les résultats des jeunes pris en charge et des jeunes adultes recevant des services ».

Les jeunes peuvent accéder au Programme virtuel de dépendance aux opioïdes et le gouvernement s’est concentré sur l’amélioration de l’accès au rétablissement pour tous les Albertains en créant de nouveaux espaces de désintoxication, de traitement et de rétablissement financés par l’État, a-t-il déclaré.

« Beaucoup de doigts pointés »: NPD

Le porte-parole du NPD pour les services à l’enfance, Rakhi Pancholi, a déclaré que le gouvernement évitait de parler des problèmes systémiques et des mesures qu’il aurait pu prendre avant la pandémie pour aider, y compris la stratégie jeunesse recommandée ainsi que les problèmes de dotation et de roulement.

« Je vois beaucoup de doigts pointés dans ce rapport qui vont à l’extérieur et à l’extérieur des choix du gouvernement », a-t-elle déclaré.

« Vraiment, il doit y avoir une réflexion sur la façon dont les décisions politiques et les choix qui ont pu être faits par ce gouvernement au cours des trois dernières années ont eu un impact sur les familles et les enfants pris en charge.

ajoannou@postmedia.com

twitter.com/ashleyjoannou



Source link

Télécharger votre guide 100% GRATUIT maintenant!